UN JOUR, UN TEXTE # 201

LUNDI 24 NOVEMBRE

POÈME

Puisqu’il fallait vivre
ce grondement de l’éphémère
au-delà même du péril
de l’angle mort

mais de quelle fatigue
ne suis-je jamais revenue ?

Hélène DORION (née en 1958)
Hors champ, Éditions du Noroît, 1985

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s