UN JOUR, UN TEXTE # 230

MARDI 23 DÉCEMBRE

LA NUIT VENUE

La corde vibre avant la fin du jour,
Une poussière environne les pierres,
La corde tremble et la poussière avance
Entre les os dans des espaces vides,
Ainsi l’eau noire envahit les carrières,
Je ne suis plus avec l’herbe et le vent,
J’ai dévié de la courbe infinie
Qui joint les nuits, les jours et les saisons,
Reste ce fil qui vibre sourdement,
Cette poussière émanant des maisons,
Un homme assis sous l’horloge des gares
La voit flotter entre le monde et lui,
La corde vibre au passage des bruits
Comme un insecte abrité dans la cendre,
Dernière voix qui parle sans espoir
Quand s’est vidé l’échafaudage noir,
Guitare d’os sous la main d’un fantôme
Qui se confond à la poussière obscure,
Au lieu du corps vient un fuseau d’étoiles,
Il reconstruit une autre créature.

Henri THOMAS (1912-1993)
Nul désordre, Gallimard, 1950

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s