UN JOUR, UN TEXTE # 232

JEUDI 25 DÉCEMBRE

LE CHEMIN D’ANNA BARGETON (extrait)

À genoux, près du feu d’hiver, j’ai désiré être bercée par le chant de ma nourrice ; j’ai désiré qu’une ombre vînt me raconter son rêve. Nul ne savait ce rêve que le feu et moi. Alors, je me le suis raconté à moi-même.

Mais maintenant que je le raconte à d’autres, qui pourra me suivre jusqu’au bout, passé la mort, au bord du lac profond, dans ce brouillard du temps d’après où, dit-on, le cerveau de l’homme survit une heure encore à ses membres et peu à peu s’éteint, s’enfonce, se noie dans l’ombre, avant d’abandonner l’âme sur la route que nul ne sait, au chemin qu’elle prend sans lui ?

Marie NOËL (1883-1967)
Le Chemin d’Anna Bargeton, Stock, 1986

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s