UN JOUR, UN TEXTE # 236

LUNDI 29 DÉCEMBRE

POÈMES DE SAMUEL WOOD (extrait)

Qui se fait un printemps de paroles nouvelles
Oublie par trop qu’elles sont vouées à défleurir
Ni plus ni moins que ces filles au visage d’ange
Dont le temps se charge de ternir l’éclat
D’autres à leur suite deviendront méconnaissables
Les forces vives tôt ou tard défraîchies
L’être et le langage partagent le même destin
Quand rien ne reste de leur beauté première
C’est pourtant le charme de l’âge qui les sauve
Comme d’anciennes demeures le mystère de leurs ruines
Ou ces amours défuntes remuant dans leurs cendres
Qui versent au cœur une mélancolie pareille
À celle qu’inspire la belle saison sur sa fin
Peu avant l’envol des oiseaux vers l’Afrique
Et que les feuilles ayant quitté les branches
Ne sèchent par terre dans un décor de givre.

Louis-René DES FORÊTS (1918-2000)
Poèmes de Samuel Wood, Fata Morgana, 1986

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s