UN JOUR, UN TEXTE # 413

MERCREDI 24 JUIN

À la promesse
voici que nous accédons

De par le monde
Les marées s’étaient
retirées

De par le monde
Les marées sont toutes
revenues

Nous sommes bien d’ici
égarés
retrouvés
Au centre de l’immense cercle
unis à tous les battements

Sur la crête d’une vague
Ou enfouis
jusqu’à toucher laves

Consentant
à mourir
Pour n’avoir plus
à mourir

François CHENG (né en 1929)
Le Long d’un amour, Arfuyen, 2003

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s