UN JOUR, UN TEXTE # 444

SAMEDI 25 JUILLET

CHANT DU MATIN DANS UN HÔTEL À L’ANCRE (extrait)

Sous cette pluie battante qui s’était mise à tomber
Tu voulais seulement t’en aller au loin
À la recherche d’un garde-fou contre la mort
Tu voulais t’éloigner de cette ville de tristesse
Et quand j’ai enlacé tes épaules mouillées
La ville dans le vent nauséabond du soir
M’a fait penser à un port
Allumant une à une les lumières des cabines
Dans la nostalgie des âmes innocentes
Une grande ombre noire s’est tapie sur le quai
Abandonner les remords détrempés
Partir au large sur l’océan
Avec toi sur moi comme un sac sur le dos
Je voulais m’en aller naviguer
Le vague grésillement des fils électriques
Faisait dans mes oreilles ce bourdonnement qui voltige sur la mer (…)

Nobuo AYUKAWA (1920-1986)
in 101 poèmes du Japon d’aujourd’hui, Philippe Picquier, 2014
Traduit du japonais par Yves-Marie Allioux et Dominique Palmé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s