UN JOUR, UN TEXTE # 447

MARDI 28 JANVIER

NOIR

Mais voici l’heure de la nuit, lorsque
des profondeurs de l’espace se penche
le visage de la terre, échevelé,
inaccessible, qu’il nous faut consoler,
nous avec nos veilles tristes et les lumières
pâles d’un firmament de ville.

Le vent des abîmes noirs et violets
agite les jardins desséchés, emporte
par les rues la plainte des chats,
fait battre les volets décrochés, celui qui
se risque hors de chez lui voit
le vent, le réverbère, les ivrognes.

Tu dis, que m’a donné cette journée ?
Rien ou guère plus que ne laisse
apparaître et disparaître
dans les jours obstinément gris
le rideau de pluie ouvert et refermé :
arbres, pans de ville, charrois,
gens, pluie dans la pluie, fumée.

Mario LUZI (1918-2005)
Les Prémices du désert (Poésies, 1935-1960), Gallimard, 2005
Traduit de l’italien par Antoine Fongaro et Jean-Yves Masson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s