UN JOUR, UN TEXTE # 504

MERCREDI 23 SEPTEMBRE

LE BONJOUR ET L’ADIEU (extrait)

Il y a une parole confiée au silence, que l’ombre nous transmet. Une parole d’effacement qui est parole de tendresse. Peut-être pourrions-nous aussi parler de bonté. Lavis d’ombre sans que soit raturée cette lumineuse coulée qui la contient. Mais plus proche de notre dénuement. Je crois à cette parole d’ombre. Elle n’est pas jeu de lumière ou de solitude mais ce que nous pouvons comprendre d’un dialogue qui se fait, qui se défait en nous. À chaque instant. Car nous ne pouvons comprendre que l’ombre. La brisure de l’éclat.

Pierre-Albert JOURDAN (1924-1981)
Le bonjour et l’adieu, Mercure de France, 1991

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s