UN JOUR, UN TEXTE # 570

SAMEDI 28 NOVEMBRE

POUR CASSURE DE FOND (extrait)

moi le feu moi la pauvreté ordinaire

dégagé de tes bras de ta peur par cent fenêtres
dévastées
moi les bêtes qui te gardent

dès lors le poison se tait

sans lequel
on ne voit goutte, sans lequel
je ne puis
rien commencer ni détruire

ton visage et le mien
depuis toujours face à face

cependant nous nous étreignons
comme des enfants sans fin

Jacques DUPIN (1927-2012)
Dehors, Gallimard, 1975

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s