UN JOUR, UN TEXTE # 627

DIMANCHE 24 JANVIER

D’OÙ JE VIENS NE M’EST RIEN

D’où je viens ne m’est rien.
Je possède si peu
De ce qui sert à vivre.
Mon corps est né dans l’absence
Ni geste ni langue
N’ont aveuglé en lui le grand secret
Des solitudes
Je marche à sa rencontre nue
Sans le parapet des ombres fausses
A l’entour du regard
Je sais comment me dépouiller
Avec la foudre du silence

Jacques VANDENRSCHRICK (né en 1943)
Avec l’écarté, Cheyne, 1995

[Texte découvert sur le blog « Jacques Louvain », voir lien ci-dessous]
http://dominique-boudou.blogspot.fr/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s