UN JOUR, UN TEXTE # 628

LUNDI 25 JANVIER

RIVE D’UNE AUTRE MORT

III

Le sable est au début comme il sera
L’horrible fin sous la poussée de ce vent froid
Où est le bout, dis-tu, de tant d’étoiles,
Pourquoi avançons-nous dans ce lieu froid ?

Et pourquoi disons-nous d’aussi vaines paroles,
Allant et comme si la nuit n’existait pas ?
Mieux vaut marcher plus près de la ligne d’écume
Et nous aventurer au seuil d’un autre froid.

Nous venions de toujours. De hâtives lumières
Portaient au loin pour nous la majesté du froid.
Peu à peu grandissait la côte longtemps vue
Et dite par des mots que nous ne savions pas.

Yves BONNEFOY (né en 1923)
Hier régnant désert, Mercure de France, 1958

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s