UN JOUR, UN TEXTE # 632

VENDREDI 29 JANVIER

Deux corps face à face
Sont parfois deux vagues,
Et la nuit est océan.
Deux corps face à face
Sont parfois deux pierres,
Et la nuit, un désert.
Deux corps face à face
Sont parfois racines
Enlacées dans la nuit.
Deux corps face à face
Sont parfois des couteaux,
Et la nuit, étincelle.
Deux corps face à face
Sont deux astres
Qui chutent en un ciel vide.

Octavio PAZ (1914-1998)
Liberté sur parole (1949), Gallimard, 1971
Traduit de l’espagnol par Benjamin Péret

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s