UN JOUR, UN TEXTE # 746

DIMANCHE 22 MAI

XXIX

D’où viennent-elles ?
De quel visage, de quelle étoile ?

Tout juste si l’une brûle dans le vent.
Les autres, je m’attache à les écouter
sourdre de la pierre.

Tout juste si l’une brille en silence.
Les autres mordent
un cœur d’homme.

Promis à la terre seule.

Eugénio de ANDRADE (1923-2005)
Matière solaire (1980), La Différence, 1986
Traduit du portugais par Maria Antónia Câmara Manuel, Michel Chandeigne et Patrick Quillier

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s