UN JOUR, UN TEXTE # 778

JEUDI 23 JUIN

CE QUE J’AI OUBLIÉ

Ce que j’ai oublié :
le goût du vent et la mollesse
d’autres lèvres. J’essaie de m’en souvenir,
l’odeur de la terre
par temps d’après la pluie,
le toucher d’un autre corps
par temps d’après l’amour

La somme des instants n’aboutit à rien
Inutile survie – la mort est très surfaite
Il n’y avait rien avant et rien non plus après

La nuit ne t’en veut pas d’être :
C’est le jour qui se venge de toi.

Ananda DEVI (née en 1957)
Quand la nuit consent à me parler, Bruno Doucey, 2011

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s