UN JOUR, UN TEXTE # 841

JEUDI 25 AOÛT

PARADIS PERDU
Pour Grete Knudsen

Les branches s’écartaient pour nous
laisser passage en retenant
délicatement nos cheveux
et nous proposaient des cerises
dont le jus coulait sur nos joues

C’était il y a si longtemps
à peine si je me souviens
il a fallu qu’on me raconte
et que je retrouve des traces
dans les peintures et chansons

J’étais un enfant mais j’avais
toutes les forces d’un adulte
et tous ses désirs je passais
de mère en fille et déposais
des bébés poisseux dans leurs bras

Tout cela semble disparu
et pourtant tout cela perdure
entre le miroir et l’image
entre le rêve et le réveil
entre la page et l’impression

Les ronces nous griffaient sans nous
infliger la moindre souffrance
dessinant des fleurs sur nos peaux
que les amoureux effaçaient
en buvant les perles du sang

La main dans la main nous courions
entre les déserts et les sources
choisissant les uns pour les autres
les fruits des arbres du savoir
dont nous comparions les saveurs

J’étais à l’aise dans mon corps
j’en connaissais tous les organes
les maladies étaient amies
je goûtais fièvres ou frissons
dans des lits de boues et de feuilles

Où était-ce ne saurais dire
si loin de tout si près de toi
jouissant du chaud comme du froid
j’ai perdu la clef de la grille
et j’erre comme une âme en peine

Michel BUTOR (1926-2016)
in revue Rémanences (N°6, avril 1996)

[Texte découvert sur le site « BUTOR », voir le lien ci-dessous]
http://henri.desoubeaux.pagesperso-orange.fr/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s