UN JOUR, UN TEXTE # 868

MERCREDI 21 SEPTEMBRE

LES DUNES, LA FORÊT

Les dunes, la forêt, la plage dessinaient le futur.
Libres, nous serions libres comme la mer ! Le destin
Se ferait juste, sans faille l’amour dans la promesse.
C’en serait fini des crimes épars sur les nations
On saurait écraser le blasphème majeur : la vieille tyrannie.
Ô fraîche idée du bonheur combien tu bleuissais l’avenir,
De longs vols d’étoiles sillonnaient le ciel jusqu’à l’aube…
Mais noirs de sang séché se révélèrent les lendemains.
Aux frontières, en nous-mêmes, l’ennemi affûte ses couteaux.

Georges-Emmanuel CLANCIER (né en 1914)
Le Poème hanté, Gallimard, 1983

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s