UN JOUR, UN TEXTE # 904

MERCREDI 26 OCTOBRE

VISITE

Comme si je venais
de remonter
un fleuve
de la largeur
du ciel
pour arriver
jusqu’à toi
la source

Lustrale
la force du courant
arrachait
les effilures d’amour
collées à ma mémoire
Mais je n’ai pas
le mot
pour entrer dans le cercle
où vibre ta lumière

Tu parles
et ton miroir
fulgurant
me renvoie
nos souvenirs
d’avant l’enfance

J’écoute
L’oxygène
de ton verbe
a les yeux
du soleil
Je respire
ta présence
en silence

Joseph ZOBEL (1915-2006)
Poèmes de moi-même (1984) in Le Soleil m’a dit, Ibis Rouge, 2002

[Texte découvert sur le site « Lehman College », voir le lien ci-dessous]
http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/zobel_poemes.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s