UN JOUR, UN TEXTE # 935

SAMEDI 26 NOVEMBRE

Je m’acharne sur une ligne d’inconnu
à la recherche de silences
et de parfums.

J’esquisse des sourires malgré
les aboiements d’amours
mal guéris au fond de la gorge.

Je distribue de jour et
de nuit des inquiétudes
des tremblements.

Tous ces échos à porter jusqu’aux années blanches
avec ces images de charniers humains et la vérité
jamais certaine.

Martin Poirier (né en ?)
Les Matins carnivores, Triptyque, 2002

[Texte découvert sur le site « SOUL & BLUES », voir le lien ci-dessous]
http://soul-and-blues.tumblr.com/page/2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s