UN JOUR, UN TEXTE # 938

MARDI 29 NOVEMBRE

JE SAIS LE SEL…

Je sais le sel de ta peau sèche
depuis que l’été s’est fait hiver
de la chair au repose dans la sueur nocturne.

Je sais le sel du lait que nous avons bu
quand de nos bouches les lèvres se resserraient
et que notre cœur battait dans notre sexe.

Je sais le sel de tes cheveux noirs
ou blonds ou gris qui s’enroulent
dans ce sommeil aux reflets bleutés.

Je sais le sel qui reste dans mes mains
comme sur les plages reste le parfum
quand la marée descendue se retire.

Je sais le sel de ta bouche, le sel
de ta langue, le sel de tes seins,
et celui de ta taille quand elle se fait hanche.

Tout ce sel je sais qu’il n’est que de toi,
ou de moi en toi, ou de toi en moi,
poudre cristalline d’amants enlacés.

Jorge DE SENA (1919-1978)
Peregrinatio ad loca infecta (1969), L’Escampette, 1993
Traduit du portugais par Michelle Giudicelli

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s