UN JOUR, UN TEXTE # 939

MERCREDI 30 NOVEMBRE

Vivante mémoire des choses

Ce qui me paraît murmurant et fragile
Est en écho dans leur oubli
Leur frontière effacée dans l’épaisseur de l’homme,
Un langage sans bouche
Où l’ouverture a lieu.
Quand la naissance avec la mort
Ont retrouvé le cri de leur séparation
L’œuvre est accompli.

Pierre TORREILLES (1921-2005)
Denudare, Gallimard, 1973

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s