UN JOUR, UN TEXTE # 997

VENDREDI 27 JANVIER

PUDEUR DES BROUILLARDS (extrait)

Les hauts sommets offrent au vent leurs déchirures

Le vol des martinets rabat leur orgueil

Engoncés dans nos muscles autant que dans nos regards
nous sursautons à leur passage

Leur grâce allège nos corps

Il nous semble ainsi parfois être un peu plus
qu’un simple enchevêtrement de cellules

Cependant
si nous demeurons ici
aussi longtemps qu’il dure
avec au long de nos jours
cette petite boule grise au fond de la gorge
il nous reste
cette intuition ou ce désir

Qui le sait vraiment

Se fondre avec un bel apaisement
dans le ciel
parmi les nuages de notre enfance

Patrick JOQUEL (né en 1959)
Pudeur des brouillards, L’Amourier, 2002

[Texte découvert sur le site « Poésie et maintenant », voir le lien ci-dessous]
http://poesiemaintenant.hautetfort.com/archive/2012/01/23/patrick-joquel.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s