UN JOUR, UN TEXTE # 1021

LUNDI 20 FÉVRIER

LE VOYAGE DÉFINITIF

Et je m’en irai. Et resteront les oiseaux chantant ;
et restera mon verger, avec son arbre vert
et avec son puits blanc.

Tous les soirs, le ciel sera bleu et serein ;
et sonneront, comme ce soir sonnent,
les cloches du clocher.

Mourront ceux qui m’ont aimé ;
et le village se fera nouveau chaque année;
et dans le recoin de mon verger fleuri et blanchi,
mon âme vaguera, nostalgique…

Et je m’en irai ; et je serai seul, sans foyer, sans
arbre vert, sans puits blanc,
sans ciel bleu et placide…
Et resteront les oiseaux chantant.

Juan Ramón JIMÉNEZ (1881-1958)
Traduit de l’espagnol par ?

[Texte découvert sur le site « Beauty will save the world », voir le lien ci-dessous]
https://schabrieres.wordpress.com/2014/09/17/juan-ramon-jimenez-le-voyage-definitif-el-viaje-definitivo-1911/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s