UN JOUR, UN TEXTE # 1055

DIMANCHE 26 MARS

PAROLES AU TEMPS (5)

Un jour de plus sans poids expire
sur les lèvres du temps
comme quelque chose qu’on essaierait de d ire
et dont le nom ne nous échapperait

Quand, heure inhabitée,
dans ce demi-monde opaque
commencera la vie ?
Quand incarnera-t-elle enfin
ce fleuve vide,
illusoire présent ?

Quand prendra fin cette sourde attente,
qui multiplie toujours
un même instant désolé,
cœur déjà vécu, ce jour qui sera tien
tu ne trouveras pas une trace pour le reconnaître.

Et je sais que cette heure précise
où passe cet instant,
puisqu’elle est sans visage,
ne renaîtra jamais…

Tomás SEGOVIA (1927-2011)
Cahiers du nomade (Choix de poèmes 1946-1997), Gallimard, 2009
Traduit de l’espagnol par Jean-Luc Lacarrière

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s