UN JOUR, UN TEXTE # 1058

MERCREDI 29 MARS

LES YEUX

Il est un œil si doux et si plein de candeur
Qu’on dirait une étoffe en la nuit presque éteinte.
La mer au fond d’un autre a mis sa fauve teinte.
Un troisième est fait d’ombre. Et tous ont leur splendeur.

Sous leurs cils veloutés il n’est pas de froideur
Quand le cœur aime. Et nul ne peut fuir leur atteinte.
L’âme vibre bientôt comme un métal qui tinte,
Quand ils plongent brûlants jusqu’en sa profondeur.

L’œil d’azur est rempli de promesses suaves ;
L’œil noir semble parfois foudroyer ses esclaves ;
Comme la mer, l’œil gris a d’étonnants réveils.

Et ces yeux, si divers par l’éclat et le charme,
Seront plus beaux encore et deviendront pareils
Quand ils regarderont à travers une larme.

Léon-Pamphile LE MAY (1837-1919)
?

[Texte découvert sur le site « Poésie française », voir le lien ci-dessous]
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/leon_pamphile_le_may/les_yeux.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s