UN JOUR, UN TEXTE # 1184

MERCREDI 2 AOÛT

RÉVÉLATION

Bien cachés au fond de nous-mêmes,
Derrière le paravent des paroles légères et trompeuses,
Nous attendons, le cœur agité
Que l’autre, enfin, nous découvre.

Qu’il serait donc triste, à la fin,
Si pour être malgré tout compris du monde
nous étions obligés (ou nous croyions obligés)
De ne plus parler de l’envers des choses.

Mais qu’il en soit ainsi pour tous,
Tous, de l’enfant jouant à cache-cache,
Jusqu’à Dieu au plus lointain des cieux,
Qu’ils parlent enfin et nous disent où chercher.

Robert FROST (1874-1963)
A Boy’s will, Henry Holt and Company, 1915
Traduit de l’anglais par Frédéric Chaslin

[Texte découvert sur la page facebook « Robert FROST en Français, les mélodies et traductions de Frédéric Chaslin », voir le lien ci-dessous]
https://www.facebook.com/FrostInFrench/

Le poème dans sa version originale :

REVELATION

We make ourselves a place apart
Behind light words that tease and flout,
But oh, the agitated heart
Till someone find us really out.

‘Tis pity if the case require
(Or so we say) that in the end
We speak the literal to inspire
The understanding of a friend.

But so with all, from babes that play
At hide-and-seek to God afar,
So all who hide too well away
Must speak and tell us where they are.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s