UN JOUR, UN TEXTE # 1242

VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017

LOIN DU SOUFFLE

M’étant heurté, sans l’avoir reconnu, à l’air, je sais
maintenant, descendre vers le jour.

Comme une voix, qui, sur ses lèvres même,
assécherait l’éclat.

Les tenailles de cette étendue,
perdue pour nous,
mais jusqu’ici.

J’accède à ce sol qui ne parvient pas à notre bouche, le
sol qu’étreint la rosée.

Ce que je foule ne se déploie pas, l’étendue grandit.

André DU BOUCHET (1924-2001)
Dans la chaleur vacante, Mercure de France, 1961

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s