UN JOUR, UN TEXTE # 1548

MARDI 31 JUILLET 2018

EUCHERIA – III

Dans l’ombre est un passeur d’absences embaumées
il cueille entre tes doigts le jour qui fut tes yeux
et comme au creux d’un lis sa blancheur consumée
abîme au fil des soirs un ciel trop grand pour eux

Il fait noir quand l’oiseau dont tes yeux désespèrent
t’habillant de son vol où le ciel s’abolit
t’agite comme une eau que son cours désaltère
d’un nom qui peuple l’ombre en rêvant de l’oubli

Bien peu de lune a fait ce bouquet de paupières
et qui n’est cette cendre et ce monde effacé
quand ses poings de dormeur portent toute la terre
où l’amour ni la nuit n’ont jamais commencé

Joë BOUSQUET (1897-1950)
La Connaissance du soir, Éditions du Raisin, 1945

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s