UN JOUR, UN TEXTE # 1573

SAMEDI 25 AOÛT 2018

BABEL (extrait)

Je vis un homme poser la main sur la carte du monde. Couvrant l’Europe de sa paume, il souriait : « C’est bien petit ».

J’étais prisonnier de cette main : écrasé, étouffé par cette main. Des millions d’autres, comme moi, rampaient pour se dégager des ruines.

Sans un cri. Comment crier à travers l’épaisseur de cette main ? Mais un grand souffle suffoqué battait la main d’une boue d’hommes.

Ma bouche mangeait la poussière : tout ce que je croyais éternel, réduit en poudre et en grumeaux de sang. Mon âme prit l’odeur du cadavre. Des phrases de livres, comme des peaux mortes, se détachaient de moi.

Un crieur de journaux, à plat ventre, hurlait : La fin de tout ! À la une, sur huit colonnes. Quelque part, sous les décombres, des machines à écrire crépitaient. Par toutes ses plaies, le monde perdait son encre.

La fin de tout ? Mais je vivais encore ! Je vivrai même si l’on me tue… Une seule chose importe : avancer. Avancer plus vite que les autres. Atteindre l’issue avant eux.

Pierre EMMANUEL (1916-1984)
Babel, Desclée de Brouwer, 1951

[Texte découvert sur le site « PIERRE EMMANUEL », voir le lien ci-dessous]
http://www.pierre-emmanuel.net/c/L_ecrivain/Le_poete/page/22

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s