UN JOUR, UN TEXTE # 1574

DIMANCHE 26 AOÛT 2018

LE SONGE

Oh ! non, ce n’est pas toi que j’aime avec ardeur,
L’éclat de ta beauté ne m’éblouit plus guère,
Mais je chéris en toi mon ancienne douleur,
Ma jeunesse perdue et qui me reste chère.

Si je plonge parfois mon regard dans le tien,
Et si sur toi mes yeux viennent errer sans cesse,
Si je m’absorbe ainsi dans de longs entretiens,
Non, ce n’est pas à toi que mon âme s’adresse.

Mais je parle à l’amie émouvante d’antan,
Je cherche en ton visage une image secrète,
Le feu des yeux éteints dans ton regard vivant,
Sur ta bouche, une bouche à tout jamais muette…

Mikhaïl LERMONTOV (1814-1841)
in Anthologie de la poésie russe, Gallimard, 1993
Traduit du russe par Katia Granoff

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s