UN JOUR, UN TEXTE # 1700

DIMANCHE 30 DÉCEMBRE 2018

L’OUBLI DE SOI

Paupières asservies au bleu incohérent du large,
Ailes paralysées au cœur du tourbillon de l’air,
Vous ne vous lèverez désormais que pour un regard
Qui poignardera mes amours millénaires
Et ce sera comme au premier jour de ma vie.
Les oiseaux de l’hiver jouiront seuls de l’embellie,
Et je passerai pour dormir sous l’affaissement
De la voile inutile… Mais sera-t-il un astre
Pour sombrer à ma place, et pacifier la mer ?

Jacques DUPIN (1927-2012)
Gravir, Gallimard, 1963

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s