UN JOUR, UN TEXTE # 1730

MARDI 29 JANVIER 2019

Né.
Ainsi donc lui aussi, né.
Né comme tout le monde.
Comme moi qui mourrai.

Fils d’une vraie femme.
Venu du fond du corps.
Voyageur vers l’oméga.

Menacé de sa propre absence
de partout
à chaque instant.

Et ses mouvements
sont des esquives
devant l’universelle sentence.

Wisława SZYMBORSKA (1923-2012)
De la mort sans exagérer : Poèmes 1957-2009, Gallimard, 2018
Traduit du polonais par Piotr Kaminski

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s