UN JOUR, UN TEXTE # 1754

VENDREDI 22 FÉVRIER 2019

L’ÉTERNITÉ (extrait)

Venue de L’imperceptible
convexité de l’œil
– ce par quoi on sait que la terre est ronde –
l’éternité est circulaire
mais plate

le coussin est (montagne) érosion
le tapis pénéplaine

il n’y a plus de déchirure
dans l’espace ni dans le moi

: le monde avant qu’il ne se
plisse, une ondulation d’herbes
entre l’est et l’ouest

Une ligne imaginaire va parcourir
ce balancement oblique

on sait que les eaux
s’y partageraient s’il y avait
de l’eau

mais il y a seulement
cette soif de pliure

des silhouettes se superposent

le long de cette arête fictive
immobiles dans leur mouvement

chaque instant est persistance et mémoire

l’horizon dans son absence
est une hésitation émoussée

la préfiguration tremblante
du corral
où se tapit sa catastrophe

Georges PEREC (1936-1982)
L’Éternité, extrait d’Œuvres, La Pléiade, 2017

[Texte découvert sur le blog « TEXTUALITES », voir le lien ci-dessous]
https://textualites.wordpress.com/2018/03/07/avez-vous-deja-lu-un-poeme-non-contraint-de-georges-perec/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s