UN JOUR, UN TEXTE # 1994

DIMANCHE 20 OCTOBRE 2019

ALLONS EN VILLE TOUS LES DEUX

Je prendrai ta main,
qui me rappelle
un chat que j’ai bien connu,
et nous irons marcher.

Je te parlerai de choses et d’autres,
et je te ferai sourire
et pouffer et rire
comme un petit enfant.

Je te montrerai des choses
à regarder.

Peut-être que je m’arrêterai pour t’embrasser
devant tout le monde.

Je m’en fous d’ailleurs
parce que je t’aime
plus qu’une montagne
que j’ai bien connue.

Richard BRAUTIGAN (1935-1984)
Pourquoi les poètes inconnus restent inconnus, Le Castor Astral, 2006
Traduit de l’américain par Thierry Beauchamp et Romain Rabier

[Source : lecture personnelle]

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s