UN JOUR, UN TEXTE # 2087

MARDI 21 JANVIER 2020

LE BRUISSEMENT DES POSSIBLES (extrait)

Vue des airs, la mer est toujours aussi vaste.

Les cumulus sont des îles en archipel
où l’esprit s’abandonne au sommeil
entre deux turbulences. Nous partons
sans partir parce qu’ailleurs est comme ici
finalement et qu’ici est comme ailleurs.

Nous voyageons sans bouger
autour de la terre puisque tout bouge
et demeure immobile à la fois dans l’espace immuable.

Antoine BOISCLAIR (né en 1975)
Le Bruissement des possibles, Éditions du Noroît, 2011

[Texte découvert sur le site « Babelio », voir le lien ci-dessous]
https://www.babelio.com/livres/Boisclair-Le-bruissement-des-possibles/294291/citations

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s