UN JOUR, UN TEXTE # 2218

VENDREDI 21 FÉVRIER 2020

LUCIDITÉ

Quand je vois se prosterner les dévots
et qu’impunément se répand
le cynisme
des marchands de crédulités,
je crois entendre mon père répéter
que la lucidité est une douleur.
Alors je pense à Char qui la disait
la blessure la plus rapprochée du soleil,
et je me demande
quelle vie s’en éclaire,
quelle vie s’en meurtrit,
quelle vie en meurt ?

Mon père au pays des ombres sait-il
ce qu’il en est, lui qui arrachait
les drapeaux des fenêtres des vainqueurs
au nom de la paix universelle
et pour que la lumière ne brûle pas
leurs illusions une fois encore
quand, une fois encore,
on pourrait voir venir
derrière les flonflons de la der des der
et les danses de fête et les feux
de joie de l’avenir radieux
la première ligne de feu,
la première ligne des soldats
et la cohorte des morts à venir,
le soleil
s’éteignant dans leurs yeux ?

Michel BAGLIN (1950-2019)
?

[Texte découvert sur le site « L’Ardent Pays », voir le lien ci-dessous]
http://ardentpays12.over-blog.com/2017/08/michel-baglin-poemes-et-autres-textes.html

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s