UN JOUR, UN TEXTE # 2220

DIMANCHE 23 FÉVRIER 2020

Loin de la joie du fruit possible
ce vague à l’âme s’oblitère
évasion du doigt sensible
ou le berceau de ton mystère

Ô lente foi dans l’invisible
pierres muettes sous la terre
comme le cœur de l’invisible
derrière un sein qui veut se taire

L’ère des êtres se déchire
et le jasmin de l’œil s’étire
c’est la saison des hellébores

La nuit pressent la fleur qui veille
loin des tentures de merveilles
saisir ce qui n’est pas encore.

Roger-Arnould RIVIÈRE (1930-1959)
Poésies complètes, Guy Chambelland, 1963

[Source : lecture personnelle]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s